Le barde Gaulois

Les auteurs antiques, qui ont côtoyé les Celtes, évoquent un personnage important qui chante les louanges des princes (évoquant leur naissance, leur courage, leur richesse) ainsi que les satires et les blâmes en s'accompagnant de la lyre de la sorte il fait et défait les réputations. Ils les appellent les bardes, du gaulois bardos "celui qui fait les louanges".

Ces personnages appartenaient à la classe sacerdotale des druides qui était, selon Diodore de Sicile et Strabon, constituée de trois corps bien distincts auxquels étaient rattachées fonctions et attributions.

Les druides : religion, justice, enseignement, science de la nature, philosophie.
Les vates : divination, art augural, sacrifice, interprétation de la nature.
Les bardes : louange, satire, arbitrage,chant, poésie, musique.

Selon de nombreux historiens, le nom druis "le très savant" serait un terme générique propre à nommer l'ensemble du clergé des Celtes de l'Antiquité.

César ne mentionne que les druides, soit par omission volontaire, généralisation ou ce qui semble le moins probable, par le fait que les autres spécialisations de la classe sacerdotale auraient disparu à l'époque de la guerre des Gaules.


Le barde


Il est important d'affirmer que chez les Gaulois comme chez tous les peuples de l'Antiquité, la musique et le chant sont l'expression du sacré et que ces arts devaient être indissociables des rites religieux.
Malheureusement, bien que de nombreux chercheurs se soient penchés sur ce domaine, l'essentiel de la mythologie et des traditions religieuses des Celtes demeurent encore un mystère et pour cause, les Gaulois comme les autres Celtes véhiculaient leur savoir, leurs récits et leurs mythes oralement.

L'ancienne littérature d'Irlande, bien que plus tardive en tout cas dans sa mise à l'écrit par les moines chrétiens du haut Moyen Age, nous renseigne toutefois sur la classe sacerdotale d'une société révélant une conception qui était probablement celle de l'Europe celtique du second âge du fer (-480/-50).

Sur certains points on peut comparer la discipline des bardes avec celle des aèdes grecs ou encore des skaldes scandinaves.